Une vraie tendance pour tordre le cou à quelques idées reçues. Les investisseurs étrangers détiennent 44,5% de la capitalisation boursière du CAC 40 au 31 décembre 2016. Publié par la Banque de France dans son dernier bulletin, ce chiffre s’inscrit une nouvelle fois en baisse. La troisième en 3 ans. 

Sur les 35 sociétés du CAC 40 retenues (EADS, LafargeHolcim, Solvay, ArcelorMittal et Nokia ayant été exclues car leur siège social est à l’étranger), seulement 10 ont des actionnaires majoritairement non-résidents à fin 2016. On en comptait quand même 14 en 2015, 18 en 2014 ou encore 19 en 2013 !

Principale explication à ce repli : les flux d’achat.

En 2016, les investisseurs étrangers sont vendeurs nets pour 1,5 milliard d’euros d’actions du CAC 40 (après cinq années d’achats nets), quand les résidents sont acheteurs nets à hauteur de 8 milliards. Cela devrait quelque peu changer en 2017. Les actions européennes et françaises ont particulièrement la cote ces derniers mois.

Sur l’ensemble des actions cotées, et non plus sur le seul CAC 40, la part des non-résidents descend cette fois à 39%. C’est normal, les gros investisseurs internationaux privilégiant les plus grandes capitalisations. Mais on retiendra surtout que ce taux est sensiblement moins élevé que celui de nos voisins : 47% au Royaume-Uni, 52% en Italie, 55% en Allemagne, 69% en Belgique et 71% aux Pays-Bas.

A croire que les entreprises françaises ont encore une belle marge de progression pour se faire connaitre et séduire des investisseurs à travers le monde. C’est d’autant plus vrai que les actionnaires non-résidents proviennent pour un peu plus de 45% de la zone euro et pour un tiers des Etats-Unis. La part des pays asiatiques et du Moyen-Orient demeurent encore et toujours bien faibles.

Une contribution de 31,3 milliards à la balance des paiements

Dernier clin d’œil de l’étude de la Banque de France. En 2016, les entreprises françaises du « CAC 40 élargi »* ont versé 38,5 milliards d’euros de dividendes, dont 16,5 milliards aux actionnaires non-résidents. Dans le même temps, les recettes tirées par ces mêmes sociétés de leurs investissements directs à l’étranger atteint les 47,8 milliards d’euros. Ledit « CAC 40 élargi » contribue donc au solde des transactions courantes de la balance des paiements de 2016 à hauteur de 31,3 milliards. Un chiffre en hausse de 17 % par rapport à 2011. Pas mal !

* Le « CAC 40 élargi » compte les 35 groupes résidents du CAC 40, auxquels ont été ajoutés 7 résidents récemment sortis de l’indice : Air France KLM, Lagardère, Natixis, Suez Environnement, Technicolor, Thales et Vallourec.

Beñat Caujolle