Plus pédagogiques, moins conceptuelles, les chartes éthiques made in USA embarquent le collaborateur dans l’aventure éthique à travers des éléments de langage en phase avec l’ADN de l’entreprise. Retour sur quelques bonnes pratiques issues de notre benchmark outre- Atlantique*. Deux mots clés à retenir : proximité et pragmatisme.

 Incarner l’éthique

Le message du Président est encore un exercice trop formel dans les chartes éthiques. Adopter un ton moins conventionnel, sortir de l’injonction juridique, parler de manière inspirante aux équipes…est un levier de différenciation efficace pour faire passer quelques messages clés. Tom Gentile, PDG de Spirit AeroSystems s’y essaye à travers deux axes clés dans son Edito : proximité avec les équipes (usage du nous) et lien entre business et éthique.

Relier l’éthique aux valeurs

« Incarnez 3M »….C’est le titre du code d’éthique de 3M. Une « invitation » que le groupe traduit à travers 6 principes de conduite qui structurent son document : « mettez vous en conformité, soyez honnête, soyez juste, soyez loyal, soyez précis, soyez respectueux ». Ce parti-pris, à la lisière du marketing, a le mérite de mobiliser les équipes autour des standards éthiques et des valeurs de l’entreprise.

Multiplier les cas pratiques

C’est une vraie particularité des chartes US. Coca Cola, Yahoo, Dell, Johnson&Johnson, Schlumberger, Walmart…multiplient les Q&A très opérationnels pour chaque thématique traitée et n’hésitent pas à aborder les sujets les plus sensibles comme la drogue et l’alcool.

Impliquer les opérationnels dans la procédure d’alerte

Autre spécificité de nos voisins outre-Atlantique : la liste des référents et personnes à contacter en cas de doute est beaucoup plus fournie que dans l’hexagone. Ligne éthique bien sûr mais aussi contacts conformité et opérationnels élargissent l’accès au dispositif d’alerte. Mention spéciale à GE qui propose un accès direct au Board ou à Walmart qui clôture sa charte avec une liste de contacts éthiques dans plus de 50 pays.

Travailler avec les services conformité

Rappeler les procédures à suivre en cas de doute est pertinent pour renforcer la dimension pédagogique de ces chartes. Donner aux collaborateurs les règles, outils et contacts utiles pour prévenir chaque risque opérationnel transforme ce document juridique en véritable guide pratique consultable tous les jours. Visa et GE s’y emploient en expliquant clairement les procédures à suivre pour les collaborateurs et les managers.

Responsabiliser les collaborateurs

Proposer des renvois vers les documents complémentaires : chartes expertes et politiques – cadeaux et divertissements, confidentialité des données, sanctions commerciales, droits humains-… est un moyen de valoriser la culture éthique du groupe et de responsabiliser les collaborateurs. C’est le cas de Coca Cola qui présente dans une page « Ressource » l’ensemble des documents disponibles par grandes thématiques : juridique, conduite des affaires, droits humains, ressources humaines avec les contacts correspondants.

Traduire pour tous

C’est une surprise : les chartes éthiques sont traduites en moyenne en 16 langues, y compris chez Walmart, un groupe majoritairement implanté aux US. Objectif : valider que ces enjeux soient compris de manière « intime» par l’ensemble des collaborateurs dans tous les pays d’implantations ; s’assurer que les parties prenantes dont les fournisseurs et sous-traitants s’approprient  également ces documents publics.

 

Sandrine L’Herminier

Directrice du Pole RSE-Labrador Conseil

*Présentation du Benchmark codes éthiques Labrador sur demande.