Les textes juridiques et financiers sont souvent fastidieux et difficiles d’accès : tout le monde s’accorde à le dire. Il est nécessaire de réaliser des textes plus courts et plus clairs : voici également une réclamation fréquemment entendue… pourquoi constatons-nous alors si peu de changements ?

La raison est simple : nous pensons que nos écrits sont une excellente littérature, mais que nous subissons la lourdeur des autres. Nous ne voyons l’opacité que lorsque nous lisons, pas quand nous écrivons.. autrement, cela aurait déjà changé ! Or un texte professionnel n’est pas un texte littéraire. Il contient des informations qui doivent êtres lues et mémorisées le plus vite possible. Il s’agit davantage d’une approche scientifique que littéraire de l’écriture.

Voilà pourquoi une méthode existe : le « Langage clair ». Elle fut introduite outre-Atlantique il y a quelques décennies pour les textes professionnels. Aujourd’hui, le français doit faire cette révolution.  

Priorité au lecteur

Le Langage clair présente un triple objectif pour son lecteur :

  • il doit trouver rapidement ce qu’il cherche ;
  • il doit comprendre ce qu’il trouve ;
  • enfin, il doit utiliser positivement l’information trouvée.

Néanmoins, faut-il suivre en France exactement le même schéma ? Pour partie, oui : il sera nécessaire de profiter de ce qui a déjà été acquis par le monde professionnel anglophone. Cependant, la méthode française devra être plus moderne.

L’avantage de ce retard ? Nous pourrons atteindre les meilleurs standards rapidement !

Mais il s’agira aussi de rendre le Langage clair français plus performant. L’ajout du design, de la technologie et de la sémantique permettra rapidement d’avoir une révolution des textes français très efficace.

Nous devrons donc en prendre le meilleur et y ajouter une modernité propre au monde d’aujourd’hui.

Des bénéfices pour tous

Cette méthode conduit à une réduction du volume du texte, sans rendre le texte simpliste. Le Langage clair réduit le nombre de mots, mais ne s’interdit pas d’en ajouter lorsque cela clarifie le texte.

L’élimination de toute lourdeur et des mots inutiles conduit à une réduction globale de la taille des écrits. Le Langage clair permet donc un accès plus rapide au texte et aux informations.

Un cercle vertueux se met donc en place. L’émetteur réduit ses temps d’édition et ses coûts de traduction. Le lecteur comprend et mémorise mieux les informations qu’il cherche. Il remerciera toujours l’auteur qui lui a permis de gagner du temps, voire de se sentir intelligent !

Quelques bonnes pratiques

Tout d’abord, imaginez précisément votre lecteur et définissez ce que vous souhaitez qu’il comprenne. Un lecteur plus « expert » ne demande pas plus de complexité mais plus de détails.

Voici quelques exemples faciles à adopter : nous reviendrons sur la méthode complète du Langage clair ultérieurement.

Concernant la structure : Concernant le contenu :
  • Employer des mots et des phrases courtes
  • Commencer les paragraphes par l’information principale
  • Utiliser des titres informatifs pour structurer votre texte
  • Limiter les parenthèses
  • Rechercher des illustrations afin de remplacer le texte
  • Employer des verbes à la forme active
  • Rédiger des phrases affirmatives 
  • Eviter les phrases non verbales
  • Ne pas employer de jargon inconnu de votre lecteur 
  • Employer un mot par concept et ne pas utiliser de synonymes
  • Suivre la structure sujet-verbe-complément 

 

Les générations Y et Z arrivent en entreprise. Elles ont grandi avec un accès instantané à l’information. Pour elles, le Langage clair ne sera pas une option.

Le temps de clarifier vos textes est venu.

Yury Akimov

Labrador Language Services