Matthieu vient de célébrer ses 10 ans chez Labrador, et les 3 ans de la plateforme EOL qu’il a largement contribué à faire grandir.

Qu’est ce qui t’a mené chez Labrador ?

J’ai une formation initiale en arts appliqués et conception de produits, puis je me suis dirigé vers l’infographie où je me suis vite senti bridé par les limites des logiciels de conception graphique. Ainsi, après avoir conçu des produits, puis des documents, je conçois aujourd’hui des outils pour fabriquer ces documents. 

EOL a 3 ans. Tu nous présentes ce beau bébé ?

EOL – Edit On Line, en référence à la divinité grecque Éole, symbole de fluidité et de rapidité – est la dernière née des innovations Labrador et le fruit de plusieurs années de R&D. C’est la seule plateforme sécurisée en ligne du marché qui permet aux contributeurs d’éditer et de corriger en temps réel leurs documents déjà mis en page. Depuis sa création,  17 000 pages ont été éditées pour plus d’une trentaine de sociétés françaises et américaines.

Quelle est la valeur ajoutée concrète pour nos clients, et est-ce qu’ils n’en demandent pas toujours plus ?

C’est surtout l’autonomie, le gain de temps et l’instantanéité qu’apporte l’outil qui les bluffe. Le nomadisme plaît aussi, puisqu’ils peuvent travailler n’importe où avec une simple connexion internet. C’est un réel virage vers le digital et une vraie liberté côté client, car les processus traditionnels et non collaboratifs sont plus contraignants et chronophages.

Les clients EOL sont très friands d’innovation et donc toujours plus exigeants, mais ce sont aussi ceux qui nous font le plus grandir. Nous travaillons en co-création avec eux pour faire évoluer cet outil, afin qu’EOL puisse un jour remplacer Word pour éditer tous leurs documents internes, tout au long de l’année

Du coup, une innovation à nous livrer en exclusivité pour 2016 ?

En 2016, nous allons permettre à l’utilisateur de créer lui-même son document sur la plateforme. Il pourra sélectionner sur l’interface EOL, un template parmi une bibliothèque de modèles qu’il aura prédefini, y intégrer son contenu et éditer tous ses documents  : un audit, un rapport financier, un rapport de gestion …

Et votre prochain défi ?

Vraisemblablement l’intégration du XBRL qui permettrait à la plateforme de s’ouvrir à d’autres documents. Par exemple, les 10k américains que nous pourrions « filer » de la plateforme, et préparer d’ici à 5 ans les documents européens qui pourraient rentrer dans la norme XBRL.

Raconte-nous une anecdote client sur EOL

Je me souviens d’une cliente qui dialoguait avec nous via son document : « Merci beaucoup ! » se retrouvait au beau milieu d’un tableau de son document de référence ! L’année suivante nous avons développé un module de chat intégré à l’interface, donc « Merci à elle ! ».