Lars Rebien Sorensen, patron de Novo Nordisk a été désigné lauréat au classement des 100 CEO les plus performants du monde par la Harvard Business Review. L’engagement responsable de ce groupe pharmaceutique n’est pas étranger à cette nomination. Chaque année, les entreprises montent d’un cran et s’attachent à créer des modèles plus durables et éco friendly. Pour s’inscrire dans cette démarche de progrès, voici quelques idées.

Communiquez sur vos engagements ODD

Les 17 objectifs de développement durable (ODD) adoptés à l’ONU par 193 pays, visent à éradiquer la pauvreté et protéger la planète à horizon 2030. Ces objectifs soulignent qu’en dépit de progrès importants, l’accès aux services essentiels dans le monde constitue encore un enjeu sociétal et économique majeur. En s’engageant en faveur des ODD, les entreprises créent de nouvelles opportunités de croissance et améliorent leur profil de risque. Certains groupes à l’instar de BNP Paribas (financement à impact positif) ou Veolia (eau et énergie) ont déjà identifié les ODD prioritaires au regard de leur cœur de métier. Les émetteurs pourraient aller plus loin en alignant leur reporting RSE sur les ODD pertinents à travers la réalisation d’une matrice de matérialité dédiée.

Nouez des partenariats stratégiques pour créer de la valeur durable

Réduire de moitié son empreinte carbone d’ici à 2030 : c’est l’objectif que s’est fixé Unibail-Rodamco dans le cadre de sa nouvelle stratégie baptisée « Better Place 2030 ». Le groupe européen d’immobilier commercial s’est dans ce contexte engagé avec d’Engie autour d’une lettre d’intention commune « pour développer ensemble des solutions bas carbone et innovantes». Un partenariat inédit qui porte sur les domaines des énergies renouvelables, de l’efficacité énergétique, du smart building et de la mobilité durable.

Décarbonez votre activité avec la taxe carbone

517 entreprises dont la Société Générale, Saint Gobain ou Vallourec utilisent déjà un prix interne du carbone. De quoi parle t-on précisément ? Le prix interne du carbone est une valeur que l’entreprise se fixe volontairement pour internaliser le coût économique de ses émissions de gaz à effet de serre. Selon les objectifs visés, il prend la forme d’un prix directeur du carbone intégré aux calculs de taux de retour sur investissement ou d’une taxe carbone interne. Comment fédérer les équipes autour de ce projet, comment communiquer autour de cette initiative ? Réponse avec le guide pratique publié par l’EPE www.epe-asso.org qui décrit toutes les étapes de la mise en œuvre de cet outil.

Donnez la parole à vos parties prenantes

Les parties prenantes sont souvent « instrumentalisées » dans les publications RSE. Les témoignages trop élogieux ou peu convaincants, ne servent pas au final, la stratégie de l’entreprise. Bic a su éviter cet écueil. Dans son dernier rapport RSE, le groupe donne la parole au responsable de la recherche ESG chez Oddo Securities. Ce témoignage d’expert apporte un éclairage intéressant sur les pratiques et leviers de progrès de sa démarche responsable.

Reliez vos projets d’intérêt général à votre business

Les projets solidaires financés par les organisations sont parfois « déconnectés » de leur cœur de métier. C’est regrettable. Relier la finalité sociale d’un projet au modèle économique de l’entreprise permet de capitaliser sur le savoir faire des équipes en interne. C’est le parti pris d’Adecco France qui a lancé récemment la Grande Ecole de l’alternance www.groupe-adecco.fr/grande-ecole-alternance qui vise à mettre fin aux barrières entre recruteurs et candidats. Une initiative qui soutient et valorise l’engagement du groupe en faveur de l’emploi.

Sandrine L’Herminier
Directrice du pôle RSE – Labrador Conseil